Association Régionale de Handball Romandie
de  |fr Seite durchsuchen
Schrift vergrössern Home Kontakt Sitemap
   
Home /

Association Régionale de Handball Romandie



Liveticker
Livestreams
 
Du beach au festival
Le Lakelive Festival de Bienne accueillera un tounoi de beach handball, avec la participation de Wacker Thun, BSV Bern et le HS Biel.
4e rang à Göteborg
L'équipe suisse M16 féminine perd le dernier match de l'European Open contre la Roumanie 18-26 (8-12) et termine le tournoi ouvert au 4e rang.
Au revoir, Karin!
Clap de fin après 128 sélections en équipe nationale et 400 buts marqués: En cette fin de saison 17/18, la Suissesse Karin Weigelt met un terme à sa carrière sportive impressionnante.
Occasion historique
L'équipe suisse M16 féminine disputera la petite finale de l'European Open à Göteborg ce vendredi soir contre la Roumanie - une occasion historique de remporter une médaille lors d'un tournoi EHF.
13.07.2018
Tournoi de beach handball au Lakelive Festival de Bienne

Le HS Biel organisera un tournoi de beach handball dans le cadre du Lakelive Festival de cette année. Les équipes participantes seront nulles autres que des équipes de LNA et LNB - le champion suisse Wacker Thun, le BSV Bern et l'équipe LNB du HS Biel. Le tournoi en mode "tous contre tous" aura lieu le 27 juillet au soir.

Le Lakelive Festival ouvrira ses portes précisément le vendredi 27 juillet, offrant au nombreux public des concerts, manifestations sportives et culturelles. Le court central pourra accueillir jusqu'à 1000 spectateurs. Côté scène, la musique suisse sera au rendez-vous avec notamment James Grunz, Pegasus et Nemo.

Le tournoi de beach handball sera soumis aux règles officielles de beach: chaque mi-temps dure 10 minutes avec 5 minutes de pause. Les organisateurs du HS Biel espèrent qu'un public nombreux viendra découvrir la discipline estivale du handball. Quant à la Fédération Suisse de Handball (FSH), elle soutient le club local en mettant à disposition des arbitres professionnels. 

Les billets du Lakelive Festival donne aussi accès aux matchs de beach handball. Les spectateurs souhaitant uniquement assister au tournoi pourront obtenir un billet spécial (10 frs) au guichet. Il n'y a pas de prévente pour le tournoi.
 



Programme
18h00 - 18h30: HS Biel - BSV Bern
19h30 - 20h00: Wacker Thun - HS Biel
20h45 - 21h15: BSV Bern - Wacker Thun
 


 

Partager:

Source: HS Biel / Alessandro Crippa

« schliessen
07.07.2018
European Open: L'équipe suisse M16 termine au 4e rang

Lors de son dernier match à l'European Open à Göteborg, l'équipe suisse M16 féminine s'est inclinée face à la Roumanie 18-26 (8-12). La sélection de l'entraîneur Jürgen Fleischmann termine ainsi la compétition européenne au 4e rang - il s'agit du meilleur classement d'une équipe suisse féminine lors d'un tournoi officiel de l'EHF.

Devant 800 spectateurs, les Suissesses n'ont pas pu montrer leurs capacités comme durant les derniers jours. Les Roumaines ont rapidement pris de l'avance, tandis que l'attaque suisse paraissait bloquée. Visiblement, l'adversaire parvenait mieux à gérer la pression de la petite finale et a décroché la médaille de bronze.

"La défaite fait mal, parce que les Roumaines n'étaient pas vraiment plus fortes que nous. Nous sommes décus, l'équipe aurait mérité la médaille. Mais nous avons constaté qu'à ce niveau de jeu, nous devons être constamment à la limite de nos capacités - ce que nous n'avons pas réussi aujourd'hui", résume Jürgen Fleischmann. 

"Dans l'ensemble, nous sommes bien sûr satisfaits du tournoi. Les joueuses auront besoin de plus d'entraînements et de matchs qui les poussent jusqu'à leur limite pour pouvoir faire le prochain pas dans leur évolution. Si elles le font, elles pourront certainement prétendre à la victoire dans des matchs similaires dans le futur."

Les très bonnes performances de la jeune équipe suisse a été confirmé par l'élection de deux joueuses dans le All Star Team de la compétition: Celia Heinzer (arrière gauche) et Soraya Schaller (gardienne). De plus et grâce à ce 4e rang, la Suisse s'est qualifiée pour le European Youth Festival (EYOF) en été 2019 en Aserbaïdschan.
 


 
European Open (M16)

Suisse – Roumanie 18:26 (8:12)
Scandinavium, Göteborg (SWE) – 800 spectateurs.
Suisse: Schaller/Käser; Heinzer (6), Simova (5), Annen (2), Schmid (2), Speerli (2), Altherr (1), Bächtiger, Emaldi, Emmenegger, Gwerder, Hess, Jund, Litscher.

Classement final
1. Hongrie
2. France
3. Roumanie
4. Suisse
5. Tchéquie
6. Pays-Bas
7. Espagne
8. Pologne
9. Islande
10. Norvège
11. Russie
12. Suède
13. Slovaquie
14. Italie
15. Finlande
16. Îles Féroés
17. Lituanie
18. Estonie
19. Georgie
20. Aserbaïdschan

Partager:

Source: Marco Ellenberger

« schliessen
06.07.2018
Karin Weigelt: "Qui ne tente rien, n'a rien"

Clap de fin après 128 sélections en équipe nationale et 400 buts marqués: En cette fin de saison 17/18, Karin Weigelt met un terme à sa carrière sportive impressionnante. La St. Galloise de 34 ans avait débuté son parcours au LC Brühl ; durant les onze dernières années, la Suissesse a joué en Allemagne, Norvège et France. Entretien avec celle qui a été et qui restera la figure de proue du handball féminin suisse.

 



Karin Weigelt, tu as mis un terme à ta carrière sportive il y a à peine un mois - après 16 ans au niveau élite et onze ans à l’étranger. Comment ressens-tu ta décision aujourd’hui?

Karin Weigelt: A vrai dire, je n’ai pas l’impression de vivre quelque chose de spécial, parce que j’aurais aussi été en vacances actuellement. Je suis revenue en Suisse et cela a déclenché un processus dans ma tête. Mais c’est un peu bizarre de me dire que je n’aurai plus de préparation physique à faire.

Tu as joué en Allemagne, en Norvège et en France. Quelles expériences t’ont particulièrement marquées lorsque tu étais à l’étranger?

Karin Weigelt: Ces années m’ont beaucoup apportées. Non seulement d’un point de vue touristique et culturel, mais avant tout de par la vie de sportive professionnelle. J’ai travaillé avec énormément de personnes différentes, j’ai dû m’adapter à autant de nouvelles situations. J’ai toujours eu une vision très claire avec mes équipes respectives, et à côté de cela, je ne voulais retenir que les côtés positifs. J’ai vécu beaucoup de voyages et beaucoup d’aventures. Cette vie avec toutes ces rencontres m’ont certainement beaucoup marquées.

 

«En Norvège, la Suisse a souvent été confondue avec l’Autriche.»

 

Au moment de rejoindre une nouvelle équipe et un nouveau pays, quelle image tes coéquipières avaient-elles du handball en Suisse?

Karin Weigelt: Elles n’en savaient pas beaucoup, surtout en Norvège et en France. Mais cela ne se limitait pas au handball, c’était plus général. En France par exemple, les joueuses ne comprenaient pas pourquoi je ne parlais pas parfaitement le français. J’ai dû leur expliquer qu’il y a aussi une région germanophone en Suisse. En Norvège, la Suisse a souvent été confondue avec l’Autriche. On apprend à en rigoler au bout d’un moment. Et j’en ai souvent profité pour montrer aux autres ce que nous savons faire.

Comme une ambassadrice de la Suisse et du handball suisse en quelque sorte.

Karin Weigelt: Oui bien sûr, et de plus en plus au fil des années. J’ai remarqué que les traditions et caractéristiques typiquement suisses gagnent en importance lorsqu’on s’éloigne de la patrie. Je me suis toujours sentie proches de mes racines et cela m’a appris à vivre et faire découvrir mes traditions favorites dans les autres pays. C’était une chance énorme de pouvoir vivre les mêmes expériences dans un pays et une culture étrangère - cela m’a toujours fasciné. Grâce à ces échanges, je garderai toujours ces trois pays dans un coin de mon cœur.

L’engagement à l’étranger a donc toujours été une motivation supplémentaire pour toi?

Karin Weigelt: Je pense effectivement que je n’aurais pas joué au handball aussi longtemps si j’étais restée en Suisse. Il m’aurait manqué les défis. Rencontrer de nouvelles équipes, d’autres ligues, pays et personnes était captivant. Et c’était très motivant de pouvoir lier cette expérience au handball.
 

«Mes parents m’ont toujours dit que je pouvais revenir à tout moment si cela ne devait pas fonctionner.»

 

Lorsque tu as commencé à jouer en LNA avec Brühl, pensais-tu déjà à faire carrière à l’étranger?

Karin Weigelt: Non, en tout cas pas de manière consciente. Vroni Keller m’avait beaucoup soutenu à cette équipe, elle me poussait à faire le pas au-delà de la frontière suisse. À la Stadtwerk Cup de 2006, tout s’est accéléré: elle m’a présentée à Renate Wolf du Bayer Leverkusen, et les choses ont évolué jusqu’à ce que je dise oui. Je n’aurais certainement jamais pris cette initiative de mon propre chef. On a toujours besoin de personnes qui nous poussent, nous soutiennent et qui croient en nous. Vroni a été une personne de confiance importante durant cette phase, et elle l’est encore aujourd’hui.

Actuellement la Suisse compte plusieurs joueuses talentueuses qui caressent l’idée de tenter leur chance à l’étranger. Quels conseils leur donnerais-tu?

Karin Weigelt: Je les encouragerais à tout essayer. Les expériences qu’elles pourront vivre à l’étranger seront uniques et valent la peine. Lorsque j’ai décidé de partir, mes parents m’ont toujours dit que je pouvais revenir à tout moment si cela ne devait pas fonctionner. Mais qui ne tente rien, n’a rien. C’est pourquoi je dis à nos jeunes joueuses talentueuses: allez-y à fond, tentez votre chance! Car un jour, vous vous regarderez dans le miroir, et alors vous pourrez affirmer que vous avez tout essayé.
 

«Cette équipe m’a enthousiasmée!»

 

L’équipe nationale vient de vivre une saison mouvementée, tant positive que négative. D’abord un nouveau sélectionneur, puis la sensation contre l’Ukraine, et la fin amère contre la Croatie. Comment as-tu vécu ces derniers mois?

Karin Weigelt: Cette période a été intense. Non seulement pour moi, mais pour l’ensemble de l’équipe. Après le changement d’entraîneur, nous avons vécu un changement de mentalité et une nouvelle prise de conscience. Malgré la déception des deux défaites nettes à la fin de la saison, cette équipe m’a enthousiasmée. Nous avons montré de la volonté, nous avons tout tenté et mis toute notre énergie et nos émotions dans ces matchs. Nous nous sommes identifiées à un objectif commun et préparées en conséquence. En fin de compte, ce ne sont pas seulement les résultats qui comptent, mais aussi l’expérience commune et le sentiment que nous avons fait ce chemin en équipe.

Pourquoi as-tu choisi ce moment précis pour tirer ta révérence?

Karin Weigelt: Pour moi, c’est le bon moment, je le ressens parfaitement. Je m’étais toujours fixé comme objectif d’arrêter quand je le pourrai - et non pas quand j’y serai contrainte. J’ai pu garder mon niveau de jeu jusqu’à la fin. J’ai aussi pris cette décision par respect de mon corps. J’ai eu de la chance et très peu de blessures durant ces années - néanmoins je sens que je n’ai plus vingt ans.

Aujourd’hui tu es de retour en Suisse orientale. Quels défis t’attendent actuellement dans ta vie «post-handball»?

Karin Weigelt: L’absence de structure dans mon quotidien est un grand défi à l’heure actuelle. Durant les 16 dernières années, chaque saison, chaque jour était planifié à l’avance. Tout cela a été effacé d’un coup. C’est sympa, mais pas facile à gérer. D’un coup, j’ai perdu mon travail, mon loisir et une bonne partie de mon entourage. C’est comme un trou, une brèche qu’il faudra remplir à nouveau.

Est-ce qu’on te reverra à nouveau autour des terrains de handball?

Karin Weigelt: En ce qui concerne ma carrière active, ma décision d’arrêter est définitive. Mais le handball restera bien sûr ma passion. Toute ma vie tournait autour de ce sport. J’ai un lien très étroit avec le handball, tellement d’amis et de connaissances. C’est un réseau que j’aimerais garder intacte et entretenir. Je pourrais par exemple m’imaginer comme personne de contact et de soutien lorsqu’une joueuse souhaite partir à l’étranger.
 

«Je souhaite garder toute la passion et l’enthousiasme que j’ai eu la chance d’éprouver durant toutes ses années et les intégrer dans mes nouvelles activités.»

 

Tu voudrais que d’autres puissent profiter de tes expériences?

Karin Weigelt: J’aurais beaucoup de plaisir à transmettre mes expériences et de pouvoir conseiller en cas de besoin. Durant les dernières années, j’ai acquis un grand réseau dans le handball féminin européen. Ce sont des contacts que je souhaite garder de toute façon - et cela me permettra certainement d’ouvrir l’une ou l’autre porte.

Ce qui nous amène à la dernière question, ton futur. Tu es conseillère RP avec brevet fédéral en communication de marketing, et tu as un master en management du sport. Comment vois-tu ton futur professionnel en Suisse?

Karin Weigelt: Je suis ouverte à tout. Cela peut concerner la communication, le marketing, l’organisation d’événements ou alors quelque chose de totalement différent. Je ne me mets pas de pression, le plus important sera de trouver un travail auquel je pourrai m’identifier et que je pourrai défendre. Bien entendu, je serais ravie de pouvoir y apporter mes expériences et mon réseau. Je souhaite garder toute la passion et l’enthousiasme que j’ai eu la chance d’éprouver durant toutes ses années et les intégrer dans mes nouvelles activités.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

« schliessen
06.07.2018
European Open: Les Suissesses en route pour une médaille

L'équipe nationale M16 féminine (année 2002 et plus jeunes) est en route pour une première médaille lors d'un tournoi officiel de l'EHF. Les joueuses de l'entraîneur Jürgen Fleischmann, dont la Romande Téa Emaldi, ont assuré lors du tour principal de l'European Open à Göteborg et gagné leurs matchs contre la Pologne (26-20) et les Pays-Bas (23-11). Les Suissesses, qui ont dû uniquement s'incliner face à la France (16-23), disputeront la petite finale contre la Roumanie ce vendredi à 18h30.

Une défense stable et une gardienne Soraya Schaller (70% d'arrêts) ont à nouveau fait la différence lors du dernier match contre les Pays-Bas, l'autre favoris du groupe. En attaque, la sélection FSH a sû mettre en avant ses atouts techniques sur tous les postes. Avec neuf buts marqués, Malin Altherr est actuellement classée 3e meilleure buteuse de la compétition (35 buts en sept matchs). 

Le dernier match de l'European Open opposera les jeunes joueuses à la Roumanie qu'elles avaient déjà affronté lors du tour préliminaire. Le match s'était soldé par un nul (18-18). En cas de victoire, l'équipe suisse M16 serait la première formation du handball féminin suisse à remporter une médaille lors d'un tournoi officiel de l'EHF. En 2011, l'équipe suisse masculine autour de Nikola Portner, Kevin Jud et Nicolas Raemy (année 1992) avait réussi le premier exploit dans cette catégorie.

 


 
European Open (U16)

Pays-Bas – Suisse 11:23 (8:9)
Lisebergshallen, Göteborg (SWE) – 300 spectateurs.
Suisse: Schaller/Käser; Altherr (9), Annen (4), Heinzer (3), Gwerder (2), Simova (2), Speerli (2), Emmenegger (1), Bächtiger, Emaldi, Hess, Jund, Litscher, Schmid.


 
European Open (U16)

Niederlande – Schweiz 11:23 (8:9)
Lisebergshallen, Göteborg (SWE) – 300 Zuschauer.
Schweiz: Schaller/Käser; Altherr (9), Annen (4), Heinzer (3), Gwerder (2), Simova (2), Speerli (2), Emmenegger (1), Bächtiger, Emaldi, Hess, Jund, Litscher, Schmid.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

« schliessen
13.07.2018
Tournoi de beach handball au Lakelive Festival de Bienne

Le HS Biel organisera un tournoi de beach handball dans le cadre du Lakelive Festival de cette année. Les équipes participantes seront nulles autres que des équipes de LNA et LNB - le champion suisse Wacker Thun, le BSV Bern et l'équipe LNB du HS Biel. Le tournoi en mode "tous contre tous" aura lieu le 27 juillet au soir.

Le Lakelive Festival ouvrira ses portes précisément le vendredi 27 juillet, offrant au nombreux public des concerts, manifestations sportives et culturelles. Le court central pourra accueillir jusqu'à 1000 spectateurs. Côté scène, la musique suisse sera au rendez-vous avec notamment James Grunz, Pegasus et Nemo.

Le tournoi de beach handball sera soumis aux règles officielles de beach: chaque mi-temps dure 10 minutes avec 5 minutes de pause. Les organisateurs du HS Biel espèrent qu'un public nombreux viendra découvrir la discipline estivale du handball. Quant à la Fédération Suisse de Handball (FSH), elle soutient le club local en mettant à disposition des arbitres professionnels. 

Les billets du Lakelive Festival donne aussi accès aux matchs de beach handball. Les spectateurs souhaitant uniquement assister au tournoi pourront obtenir un billet spécial (10 frs) au guichet. Il n'y a pas de prévente pour le tournoi.
 



Programme
18h00 - 18h30: HS Biel - BSV Bern
19h30 - 20h00: Wacker Thun - HS Biel
20h45 - 21h15: BSV Bern - Wacker Thun
 


 

Partager:

Source: HS Biel / Alessandro Crippa

Du beach au festival
Le Lakelive Festival de Bienne accueillera un tounoi de beach handball, avec la participation de Wacker Thun, BSV Bern et le HS Biel.
07.07.2018
European Open: L'équipe suisse M16 termine au 4e rang

Lors de son dernier match à l'European Open à Göteborg, l'équipe suisse M16 féminine s'est inclinée face à la Roumanie 18-26 (8-12). La sélection de l'entraîneur Jürgen Fleischmann termine ainsi la compétition européenne au 4e rang - il s'agit du meilleur classement d'une équipe suisse féminine lors d'un tournoi officiel de l'EHF.

Devant 800 spectateurs, les Suissesses n'ont pas pu montrer leurs capacités comme durant les derniers jours. Les Roumaines ont rapidement pris de l'avance, tandis que l'attaque suisse paraissait bloquée. Visiblement, l'adversaire parvenait mieux à gérer la pression de la petite finale et a décroché la médaille de bronze.

"La défaite fait mal, parce que les Roumaines n'étaient pas vraiment plus fortes que nous. Nous sommes décus, l'équipe aurait mérité la médaille. Mais nous avons constaté qu'à ce niveau de jeu, nous devons être constamment à la limite de nos capacités - ce que nous n'avons pas réussi aujourd'hui", résume Jürgen Fleischmann. 

"Dans l'ensemble, nous sommes bien sûr satisfaits du tournoi. Les joueuses auront besoin de plus d'entraînements et de matchs qui les poussent jusqu'à leur limite pour pouvoir faire le prochain pas dans leur évolution. Si elles le font, elles pourront certainement prétendre à la victoire dans des matchs similaires dans le futur."

Les très bonnes performances de la jeune équipe suisse a été confirmé par l'élection de deux joueuses dans le All Star Team de la compétition: Celia Heinzer (arrière gauche) et Soraya Schaller (gardienne). De plus et grâce à ce 4e rang, la Suisse s'est qualifiée pour le European Youth Festival (EYOF) en été 2019 en Aserbaïdschan.
 


 
European Open (M16)

Suisse – Roumanie 18:26 (8:12)
Scandinavium, Göteborg (SWE) – 800 spectateurs.
Suisse: Schaller/Käser; Heinzer (6), Simova (5), Annen (2), Schmid (2), Speerli (2), Altherr (1), Bächtiger, Emaldi, Emmenegger, Gwerder, Hess, Jund, Litscher.

Classement final
1. Hongrie
2. France
3. Roumanie
4. Suisse
5. Tchéquie
6. Pays-Bas
7. Espagne
8. Pologne
9. Islande
10. Norvège
11. Russie
12. Suède
13. Slovaquie
14. Italie
15. Finlande
16. Îles Féroés
17. Lituanie
18. Estonie
19. Georgie
20. Aserbaïdschan

Partager:

Source: Marco Ellenberger

4e rang à Göteborg
L'équipe suisse M16 féminine perd le dernier match de l'European Open contre la Roumanie 18-26 (8-12) et termine le tournoi ouvert au 4e rang.
06.07.2018
Karin Weigelt: "Qui ne tente rien, n'a rien"

Clap de fin après 128 sélections en équipe nationale et 400 buts marqués: En cette fin de saison 17/18, Karin Weigelt met un terme à sa carrière sportive impressionnante. La St. Galloise de 34 ans avait débuté son parcours au LC Brühl ; durant les onze dernières années, la Suissesse a joué en Allemagne, Norvège et France. Entretien avec celle qui a été et qui restera la figure de proue du handball féminin suisse.

 



Karin Weigelt, tu as mis un terme à ta carrière sportive il y a à peine un mois - après 16 ans au niveau élite et onze ans à l’étranger. Comment ressens-tu ta décision aujourd’hui?

Karin Weigelt: A vrai dire, je n’ai pas l’impression de vivre quelque chose de spécial, parce que j’aurais aussi été en vacances actuellement. Je suis revenue en Suisse et cela a déclenché un processus dans ma tête. Mais c’est un peu bizarre de me dire que je n’aurai plus de préparation physique à faire.

Tu as joué en Allemagne, en Norvège et en France. Quelles expériences t’ont particulièrement marquées lorsque tu étais à l’étranger?

Karin Weigelt: Ces années m’ont beaucoup apportées. Non seulement d’un point de vue touristique et culturel, mais avant tout de par la vie de sportive professionnelle. J’ai travaillé avec énormément de personnes différentes, j’ai dû m’adapter à autant de nouvelles situations. J’ai toujours eu une vision très claire avec mes équipes respectives, et à côté de cela, je ne voulais retenir que les côtés positifs. J’ai vécu beaucoup de voyages et beaucoup d’aventures. Cette vie avec toutes ces rencontres m’ont certainement beaucoup marquées.

 

«En Norvège, la Suisse a souvent été confondue avec l’Autriche.»

 

Au moment de rejoindre une nouvelle équipe et un nouveau pays, quelle image tes coéquipières avaient-elles du handball en Suisse?

Karin Weigelt: Elles n’en savaient pas beaucoup, surtout en Norvège et en France. Mais cela ne se limitait pas au handball, c’était plus général. En France par exemple, les joueuses ne comprenaient pas pourquoi je ne parlais pas parfaitement le français. J’ai dû leur expliquer qu’il y a aussi une région germanophone en Suisse. En Norvège, la Suisse a souvent été confondue avec l’Autriche. On apprend à en rigoler au bout d’un moment. Et j’en ai souvent profité pour montrer aux autres ce que nous savons faire.

Comme une ambassadrice de la Suisse et du handball suisse en quelque sorte.

Karin Weigelt: Oui bien sûr, et de plus en plus au fil des années. J’ai remarqué que les traditions et caractéristiques typiquement suisses gagnent en importance lorsqu’on s’éloigne de la patrie. Je me suis toujours sentie proches de mes racines et cela m’a appris à vivre et faire découvrir mes traditions favorites dans les autres pays. C’était une chance énorme de pouvoir vivre les mêmes expériences dans un pays et une culture étrangère - cela m’a toujours fasciné. Grâce à ces échanges, je garderai toujours ces trois pays dans un coin de mon cœur.

L’engagement à l’étranger a donc toujours été une motivation supplémentaire pour toi?

Karin Weigelt: Je pense effectivement que je n’aurais pas joué au handball aussi longtemps si j’étais restée en Suisse. Il m’aurait manqué les défis. Rencontrer de nouvelles équipes, d’autres ligues, pays et personnes était captivant. Et c’était très motivant de pouvoir lier cette expérience au handball.
 

«Mes parents m’ont toujours dit que je pouvais revenir à tout moment si cela ne devait pas fonctionner.»

 

Lorsque tu as commencé à jouer en LNA avec Brühl, pensais-tu déjà à faire carrière à l’étranger?

Karin Weigelt: Non, en tout cas pas de manière consciente. Vroni Keller m’avait beaucoup soutenu à cette équipe, elle me poussait à faire le pas au-delà de la frontière suisse. À la Stadtwerk Cup de 2006, tout s’est accéléré: elle m’a présentée à Renate Wolf du Bayer Leverkusen, et les choses ont évolué jusqu’à ce que je dise oui. Je n’aurais certainement jamais pris cette initiative de mon propre chef. On a toujours besoin de personnes qui nous poussent, nous soutiennent et qui croient en nous. Vroni a été une personne de confiance importante durant cette phase, et elle l’est encore aujourd’hui.

Actuellement la Suisse compte plusieurs joueuses talentueuses qui caressent l’idée de tenter leur chance à l’étranger. Quels conseils leur donnerais-tu?

Karin Weigelt: Je les encouragerais à tout essayer. Les expériences qu’elles pourront vivre à l’étranger seront uniques et valent la peine. Lorsque j’ai décidé de partir, mes parents m’ont toujours dit que je pouvais revenir à tout moment si cela ne devait pas fonctionner. Mais qui ne tente rien, n’a rien. C’est pourquoi je dis à nos jeunes joueuses talentueuses: allez-y à fond, tentez votre chance! Car un jour, vous vous regarderez dans le miroir, et alors vous pourrez affirmer que vous avez tout essayé.
 

«Cette équipe m’a enthousiasmée!»

 

L’équipe nationale vient de vivre une saison mouvementée, tant positive que négative. D’abord un nouveau sélectionneur, puis la sensation contre l’Ukraine, et la fin amère contre la Croatie. Comment as-tu vécu ces derniers mois?

Karin Weigelt: Cette période a été intense. Non seulement pour moi, mais pour l’ensemble de l’équipe. Après le changement d’entraîneur, nous avons vécu un changement de mentalité et une nouvelle prise de conscience. Malgré la déception des deux défaites nettes à la fin de la saison, cette équipe m’a enthousiasmée. Nous avons montré de la volonté, nous avons tout tenté et mis toute notre énergie et nos émotions dans ces matchs. Nous nous sommes identifiées à un objectif commun et préparées en conséquence. En fin de compte, ce ne sont pas seulement les résultats qui comptent, mais aussi l’expérience commune et le sentiment que nous avons fait ce chemin en équipe.

Pourquoi as-tu choisi ce moment précis pour tirer ta révérence?

Karin Weigelt: Pour moi, c’est le bon moment, je le ressens parfaitement. Je m’étais toujours fixé comme objectif d’arrêter quand je le pourrai - et non pas quand j’y serai contrainte. J’ai pu garder mon niveau de jeu jusqu’à la fin. J’ai aussi pris cette décision par respect de mon corps. J’ai eu de la chance et très peu de blessures durant ces années - néanmoins je sens que je n’ai plus vingt ans.

Aujourd’hui tu es de retour en Suisse orientale. Quels défis t’attendent actuellement dans ta vie «post-handball»?

Karin Weigelt: L’absence de structure dans mon quotidien est un grand défi à l’heure actuelle. Durant les 16 dernières années, chaque saison, chaque jour était planifié à l’avance. Tout cela a été effacé d’un coup. C’est sympa, mais pas facile à gérer. D’un coup, j’ai perdu mon travail, mon loisir et une bonne partie de mon entourage. C’est comme un trou, une brèche qu’il faudra remplir à nouveau.

Est-ce qu’on te reverra à nouveau autour des terrains de handball?

Karin Weigelt: En ce qui concerne ma carrière active, ma décision d’arrêter est définitive. Mais le handball restera bien sûr ma passion. Toute ma vie tournait autour de ce sport. J’ai un lien très étroit avec le handball, tellement d’amis et de connaissances. C’est un réseau que j’aimerais garder intacte et entretenir. Je pourrais par exemple m’imaginer comme personne de contact et de soutien lorsqu’une joueuse souhaite partir à l’étranger.
 

«Je souhaite garder toute la passion et l’enthousiasme que j’ai eu la chance d’éprouver durant toutes ses années et les intégrer dans mes nouvelles activités.»

 

Tu voudrais que d’autres puissent profiter de tes expériences?

Karin Weigelt: J’aurais beaucoup de plaisir à transmettre mes expériences et de pouvoir conseiller en cas de besoin. Durant les dernières années, j’ai acquis un grand réseau dans le handball féminin européen. Ce sont des contacts que je souhaite garder de toute façon - et cela me permettra certainement d’ouvrir l’une ou l’autre porte.

Ce qui nous amène à la dernière question, ton futur. Tu es conseillère RP avec brevet fédéral en communication de marketing, et tu as un master en management du sport. Comment vois-tu ton futur professionnel en Suisse?

Karin Weigelt: Je suis ouverte à tout. Cela peut concerner la communication, le marketing, l’organisation d’événements ou alors quelque chose de totalement différent. Je ne me mets pas de pression, le plus important sera de trouver un travail auquel je pourrai m’identifier et que je pourrai défendre. Bien entendu, je serais ravie de pouvoir y apporter mes expériences et mon réseau. Je souhaite garder toute la passion et l’enthousiasme que j’ai eu la chance d’éprouver durant toutes ses années et les intégrer dans mes nouvelles activités.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Au revoir, Karin!
Clap de fin après 128 sélections en équipe nationale et 400 buts marqués: En cette fin de saison 17/18, la Suissesse Karin Weigelt met un terme à sa carrière sportive impressionnante.
06.07.2018
European Open: Les Suissesses en route pour une médaille

L'équipe nationale M16 féminine (année 2002 et plus jeunes) est en route pour une première médaille lors d'un tournoi officiel de l'EHF. Les joueuses de l'entraîneur Jürgen Fleischmann, dont la Romande Téa Emaldi, ont assuré lors du tour principal de l'European Open à Göteborg et gagné leurs matchs contre la Pologne (26-20) et les Pays-Bas (23-11). Les Suissesses, qui ont dû uniquement s'incliner face à la France (16-23), disputeront la petite finale contre la Roumanie ce vendredi à 18h30.

Une défense stable et une gardienne Soraya Schaller (70% d'arrêts) ont à nouveau fait la différence lors du dernier match contre les Pays-Bas, l'autre favoris du groupe. En attaque, la sélection FSH a sû mettre en avant ses atouts techniques sur tous les postes. Avec neuf buts marqués, Malin Altherr est actuellement classée 3e meilleure buteuse de la compétition (35 buts en sept matchs). 

Le dernier match de l'European Open opposera les jeunes joueuses à la Roumanie qu'elles avaient déjà affronté lors du tour préliminaire. Le match s'était soldé par un nul (18-18). En cas de victoire, l'équipe suisse M16 serait la première formation du handball féminin suisse à remporter une médaille lors d'un tournoi officiel de l'EHF. En 2011, l'équipe suisse masculine autour de Nikola Portner, Kevin Jud et Nicolas Raemy (année 1992) avait réussi le premier exploit dans cette catégorie.

 


 
European Open (U16)

Pays-Bas – Suisse 11:23 (8:9)
Lisebergshallen, Göteborg (SWE) – 300 spectateurs.
Suisse: Schaller/Käser; Altherr (9), Annen (4), Heinzer (3), Gwerder (2), Simova (2), Speerli (2), Emmenegger (1), Bächtiger, Emaldi, Hess, Jund, Litscher, Schmid.


 
European Open (U16)

Niederlande – Schweiz 11:23 (8:9)
Lisebergshallen, Göteborg (SWE) – 300 Zuschauer.
Schweiz: Schaller/Käser; Altherr (9), Annen (4), Heinzer (3), Gwerder (2), Simova (2), Speerli (2), Emmenegger (1), Bächtiger, Emaldi, Hess, Jund, Litscher, Schmid.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Occasion historique
L'équipe suisse M16 féminine disputera la petite finale de l'European Open à Göteborg ce vendredi soir contre la Roumanie - une occasion historique de remporter une médaille lors d'un tournoi EHF.
04.07.2018
SPORTADD est le nouveau supplier officiel de la FSH

Dès à présent et jusqu'à la fin de la saison 2019/20 au moins, les équipes nationales de la Fédération Suisse de Handball (FSH) utiliseront le produit collant INTENSE GRIP de SPORTADD. SPORTADD devient ainsi un nouveau supplier officiel de la FSH et fournisseur exclusif de produits collants des équipes nationales.

Concernant SPORTADD
SPORTADD est une société du groupe Sportpaint, anciennement Con-Sport. Nous sommes spécialisés depuis de nombreuses années dans les produits destinés à la pratique du handball, résine et nettoyants. INTENSE GRIP est une résine naturelle, sans colophane, spécialement adaptée pour le handball que nous proposons parallèlement avec INTENSE CLEAN, une ligne de produits destinés au nettoyage sans effort des sols. 

Avec INTENSE GRIP, nous apportons aux joueurs le «Plus» dont ils ont besoin pour mettre en valeur leurs performances sportives au plus haut niveau. Grâce à INTENSE CLEAN nous veillons à un nettoyage sans effort après le match.

Sportadd - Intense Grip from Sportadd on Vimeo.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Fournisseur officiel
Avec SPORTADD et son produit INTENSE GRIP, la Fédération Suisse de Handball (FSH) a trouvé son fournisseur officiel des équipes nationales en produits collants.
04.07.2018
Journée de tournage pour le nouveau plan d'entraînement-cadre

Samedi dernier, la Fédération suisse de handball (FSH) a passé une journée intensive à Schaffhouse avec une équipe de tournage de la maison d'édition allemande Philippka. Les différentes séquences filmées serviront d'illustration au nouveau plan d'entraînement cadre qui sera mis en ligne en automne 2018. Grâce au soutien des équipes nationales M16 féminine, M18 masculine ainsi que les deux sélections régionales OST, quatre équipes étaient sur place et ont été filmées et prises en photo. Résultat: plus de 14'000 photos et quatre heures de film.

Les scènes filmées illustreront les bases techniques et tactiques qui feront partie du nouveau plan d'entraînement cadre mis sur pied par la FSH. Dans un premier temps, les contenus seront mis en ligne sur une plateforme informatique et formeront la future base de formation des joueurs et joueuses de handball en Suisse. Bien entendu, la formation des entraîneurs se basera également sur ce plan d'entraînement. 

Partager:

Source: Christian Müller

14'000 clichés
Journée de tournage à Schaffhouse: 4 équipes de sélection régionale et nationale étaient présentes samedi dernier et ont participé à l'illustration du nouveau plan d'entraînement cadre. Les séquences seront publiées sur une plateforme en ligne.
03.07.2018
Le tournoi final de handball sur gazon aura lieu à Zofingue

Le samedi 7 juin aura lieu le tournoi final de handball sur gazon. Cette journée se déroulera à Zofingue, et accueillera 3 équipes: outre les organisateurs (TV Zofingen), le SV Lägern Wettingen et la SG Yellow/Pfadi/U19 Winterthur tenteront de décrocher le titre de champion suisse de la Grossfeldcup. Les matchs durent 2x 25 minutes.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

03.07.2018
European Open: imbattues, les Suissesses M16 sont dans le top 8

Grâce à leur victoire contre la Russie, l'équipe nationale M16 féminine a atteint le tour principal des huits meilleures équipes du championnat d'Europe ouvert à Göteborg. La sélection de relève de la FSH s'est imposée mardi matin sur le score de 18-14 (9-5). La veille, les jeunes handballeuses avaient déjà réussi l'exploit contre la Slovaquie (victoire) et la Roumanie (match nul).

Mardi après-midi, l'équipe de l'entraîneur Jürgen Fleischmann termina le tour préliminaire avec une victoire 21-16 contre l'Estonie. Ainsi, les Suissesses restent imbattues dans cette compétition et terminent ce tour au 2e rang derrière la Roumanie. 

Le tournoi European Open se déroule dans le cadre de la "Partille Cup" et pour la première fois avec une catégorie M16. Les meilleures équipes pourornt se qualifier pour le European Youth Olympic Festival (EYOF). Au total, 20 équipes participent à l'European Open.
 


 
European Open (M16)

Russie – Suisse14:18 (5:9)
Vallhala, Göteborg (SWE) – 80 spectateurs – AR Hantos/Rozsaheyi (HUN).
Suisse: Schaller/Käser; Altherr (5), Heinzer (3), Speerli (3), Annen (2), Jund (2), Emmenegger (1), Litscher (1), Schmid (1), Bächtiger, Emaldi, Gwerder, Hess, Simova.

Suisse – Estonie 21:16 (11:9)
Vallhala, Göteborg (SWE) – 69 spectateurs – AR Pinto/Santos (POR).
Suisse: Schaller/Käser; Annen (4), Heinzer (4), Emmenegger (2), Gwerder (2), Schmid (2), Simova (2), Altherr (1), Bächtiger (1), Jund (1), Litscher (1), Speerli (1), Emaldi, Hess.

Partager:

Source: Marco Ellenberger / image: Valentin Bamert (master cup 2018).

Dans le top 8
L'équipe nationale M16 féminine s'est qualifiée pour le tour principal de l'European Open grâce à une victoire inattendue face à la Russie.
02.07.2018
Ligue des Champions: les adversaires de Wacker Thun

Champion suisse en titre, Wacker Thun figure dans un groupe attractif pour la prochaine édition de la Ligue des Champions de handball. Dans le groupe D, les Bernois affronteront entre autres les Espagnols d'Ademar Leon et les Roumains de Dinamo Bukarest. Alors que Bukarest domine à nouveau la ligue roumaine - avec à la clé trois titres consécutifs de champion national -, Adema Leon reste encore dans l'ombre du grand rival espagnol de Barcelone.

Les autres adversaires seront Wisla Plock (Pologne), Elverum (Norvège) et Riihimäen Cocks (Finlande). Comme durant la saison 2017/18, le club suisse n'a pas été retenu dans les groupes A et B qui comptent les meilleures équipes d'Europe. Cela signifie que Wacker Thun devra atteindre le 1er ou le 2e rang de son groupe pour pouvoir espérer une suite en 8e de finale. Une tâche qui s'annonce d'autant plus difficile avec le départ du capitaine Roman Caspar (fin de carrière), Lukas von Deschwanden (départ à Stuttgart) et Lenny Rubin (départ à Wetzlar). 

Les premiers matchs auront lieu entre le 12 et le 16 septembre 2018. Les matchs à domicile auront lieu dans la nouvelle salle de Gümligen, étant donné que l'EHF n'a pas accordé le droit de jouer dans la Lachenhalle.

Partager:

Source: sda

02.07.2018
Les Français M20 ont remporté la Airport Trophy à Kloten

L'équipe de France M20 a remporté la neufième édition de la Airport Trophy à Kloten. Les champions du monde M19 de 2017 se sont imposés face à une concurrence de haut niveau: l'Espagne termine au 2e rang, alors que l'Allemagne, vainqueur de la dernière édition, se classe au 3e rang. Lors du match décisif entre la France et l'Allemagne le dimanche matin qui s'est terminé par un nul, les Français ont obtenu le point nécessaire pour remporter le tournoi des quatre nations.

Avec ce titre, la France a souligné une nouvelle fois sa position de leader dans la promotion de la relève. L'équipe M20 avait remporté le championnat d'Europe en 2016 et le championnat du monde M19 en 2017. De par leur technique et tactique mais aussi physique, les joueurs ont marqué l'actuelle édition de la Airport Trophy. 

Face à ces adversaires de taille, l'équipe suisse a eu beaucoup de peine à trouver son jeu. Après deux défaites nettes contre l'Allemagne et la France, les Suisses ont néanmoins réussi à provoquer les Ibériens lors de leur dernière rencontre, avant de devoir leur céder la victoire sur le score de 25-27. 
 



Airport Trophy 2018

France – Espagne 31:25
Suisse – Allemagne 18:27
Suisse – France 18:30
Allemagne – Espagne 21:24
Allemagne – France 26:26
Suisse – Espagne 25:27

Classement final
1. France 3/5
2. Espagne 3/4
3. Allemagne 3/3
4. Suisse 3/0

Awards
Topskorer: Noah Gaudin (FRA, 19 buts)
Most valuable Player: Noah Gaudin (FRA)
Best Goal Keeper: Leon Mehler (GER)

Partager:

Source: Airport Trophy

La France s'impose
Les champions du monde M19 s'imposent à la Airport Trophy à Kloten face à l'Espagne, l'Allemagne et la Suisse.
 
DateEvénementLieu
09.09.18U9/U11 SpieltagPfäffikon SZ, Weid
Partenaires
web by zynex | hosting by ssn Bienvenue sur le site de l'ARH - Bons matchs, dans le respect et le fair-play de tous Impressum | Datenschutz